INFORMATIONS

Non à la loi sur les semences «Bayer-Monsanto» négociée dans le dos du peuple argentin

Non à la loi sur les semences «Bayer-Monsanto» négociée dans le dos du peuple argentin

Face à cette nouvelle tentative de modification de la loi semencière, un large groupe d'organisations paysannes, de familles d'agriculteurs, de peuples autochtones, politiques, sociaux et socio-environnementaux; et les organisations de défense des droits de l'homme ont organisé une conférence de presse aujourd'hui, MARDI 13/11 à 15h00 à la porte du Congrès.

La Commission Agriculture de la Chambre des Députés a convoqué une plénière de commissions pour ce mardi 13 novembre, en vue d'obtenir un avis et d'avancer dans le traitement d'une nouvelle loi semencière avant la fin de l'année.

Depuis des mois, les entreprises agroalimentaires négocient avec le pouvoir exécutif les lignes directrices générales d'une nouvelle loi semencière, qui sera accordée aux entreprises semencières, telles que Bayer-Monsanto, Syngenta-Chemchina, Corteva (DowDuPont), Basf et d'autres, le possibilité de mettre fin au «droit d'utilisation propre» des agriculteurs et de percevoir des redevances CHAQUE FOIS que les agriculteurs utilisent une semence soumise aux droits d'obtenteur. Transformant ainsi un droit de tous en une exception pour certains (inscrite dans des registres ad hoc).

Ce n'est pas la première tentative de modification du droit argentin dans le sens proposé par les entreprises et cela fait partie d'une offensive mondiale visant à placer les semences sous contrôle des entreprises, qui sont à la base de toutes les chaînes agroalimentaires.

Le contenu du texte qu’ils cherchent à approuver n’a jamais fait l’objet d’un débat public et n’a pas été mis en considération lors des audiences qui se sont tenues récemment au sein de la commission; C'est le résultat de négociations à huis clos par une poignée d'entreprises agroalimentaires, excluant la grande majorité des acteurs impliqués et des citoyens en général, c'est pourquoi la manœuvre qu'ils cherchent à mener est profondément antidémocratique.

Face à cette nouvelle tentative de modification de la loi semencière, un large groupe d'organisations paysannes, de familles d'agriculteurs, de peuples autochtones, politiques, sociaux et socio-environnementaux; et les organisations de défense des droits de l'homme ont organisé une conférence de presse aujourd'huiMARDI 13/11 à 15h00 à la porte du Congrès. Nous invitons la presse à être présente.

Contacts presse:

Tamara Perelmuter: 11-3778-8606
Carla Poth: 11-5029-6704
Fernando Cabaleiro: 11-3864-0522
Marcos Filardi: 11-4054-4317
Nahuel Levaggi: 11-3633-7324
Deolinda Carrizo: 11-3348-9316

Vidéo: Qui est Monsanto? (Novembre 2020).